A chacun son coup de bite